Phuket Town VS Patong

Je quitte Hua Hin via un bus de nuit, il est 6h32 lorsque j’ouvre un œil, je tire le rideau, nous sommes en train de traverser Phang Nga et ses roches karstiques, comme un air de paradis avant la désillusion 

Il est temps pour moi de débarquer à Phuket. Reliée par un pont au continent et littéralement congestionnée par le traffic, on n’a pas franchement l’impression de se trouver sur une île.


L’île est grande et la baignade n’est pas toujours conseillée en cette fin octobre, ainsi ai je décidé de m’installer à Phuket Town non loin du vieux centre et de ses maisons sino portugaises. Certaines sont restaurées, d’autres pas, ce qui fait tout son charme. Même si j’ai beaucoup de mal avec l’environnement plus que bruyant, j’aime l’âme qui se dégage de cette vie de quartier, j’aime ce petit street art et j’aime observer ces garagistes qui s’y retrouvent dans le désordre.

Depuis Phuket Town, soit depuis le terminal 1, soit depuis le Down Town on trouve des bus pour nous emmener sur les plages ( 30-40baths ). La ligne la plus populaire et du coup la mieux desservie est Phuket TownPatong.

C’est donc ainsi que je me suis retrouvée après plus d’une heure de trajet à 15km de là ( c’est vous dire la circulation ici alors qu’on n’est même pas en haute saison ) à Patong, quartier réputé pour ses soirées festives, à mes yeux une véritable blague. Ici rien de plus que des touristes sans aucune retenue, marchands de souvenirs, hôteliers et grands noms de la restauration rapide installés dans des bâtiments hideux.Le soleil de la Thailande sans le dépaysement et au prix fort, le tout au milieu d’un vacarme ahurissant qui contraste clairement avec le reste du pays. Ici contrairement à Phuket Town, il y a une grande plage, la plage de Patong. J’aime beaucoup la lumière présente sur les lieux mais beaucoup moins l’agitation qui y règne. Se baigner ici ? À quel prix ? Celui de risquer de se prendre un bateau ou un jet ski sur la tête ? Non merci, Patong Beach, malheureusement rien de plus qu’un cirque à ciel ouvert, bien loin de mon idéal que j’ai tenté de représenter sur cette photo

C’est donc avec plaisir que je parcours de nouveau les ruelles de Phuket Town qui m’emmèneront plus tard jusqu’à la navette pour Kamala Beach, un trajet des plus longs et extrêmement bruyant. A l’arrivée, je découvre une très belle plage mais malheureusement les lieux ne sont vraiment pas propre et je refuse de poser ma serviette entre deux poubelles tandis que d’autres décident de se rafraîchir dans le petit ruisseau qui mènent à la mer, celui de l’évacuation des toilettes !

N’étant pas franchement conquise, je décide de quitter l’île au bout de deux jours seulement. Cependant, Phuket étant bien positionnée et plutôt bien desservie par les vols internationaux il est probable que j’y repasse un jour…Ainsi y découvrirais je peut être quelques trésors…